Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.
Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux Etats-Unis et dans bien d’autres pays.
C’est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise - les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique
.

Dans ce livre, on plonge dans l'univers de Scout, petite fille de 7 ans et de son frère, Jem. Tour à tour, on voi évoluer la relation frère/soeur que ce soit à la maison ou à l'école mais aussi les relations qu'entretiennent les enfants avec leur entourage : père, nounous, les autres enfants et les autres adultes.

Scout a des idées bien arrêtées sur la vie et la confrontation avec le monde et surtout les écoles vont les mettre à rude épreuve. Le roman aborde, au travers des paroles d'une petite fille, tos les soucis de l'époque : la ségrégation, le culte de la religion, les préjugés mais aussi la justice inégale entre Noirs et Blancs.

C'est une petite brise de fraicheur : ce roman nous ramène à notre condition d'enfant, tellement certains de tout savoir et que les adultes se compliquent beaucoup trop la vie.

Une belle lecture.