La princesse effacée

Au lendemain de la Terreur, Barras, le nouvel homme fort, se souvient que la princesse est toujours détenue à la prison du Temple. Estimant qu'elle pourrait servir ses projets, il charge une femme du peuple d'aller s'occuper d'elle. C'est ainsi que Renée Chantereine découvre une adolescente prostrée, muette, traumatisée par les souffrances qu'elle a endurées. Pour l'apprivoiser et l'aider à se rétablir, elle l'encourage à lui dicter ses souvenirs sur le martyre de la famille royale. Un émouvant portrait de la soeur aînée de Louis XVII.

Qui aurait pu croire que de deux êtres aussi différents l’un de l’autre pourrait naître une affection et une tendresse aussi forte ?

Surement pas Barras, qui en demandant à Chantereine d’adoucir la peine de la jeune fille, il ne pensait pas que l’affection naissante entre les deux lui ferait perdre son contrôle sur Chantereine.

Le calvaire vécu par l’enfant royal est abominable. Oubliée de tous, on la laissait moisir en prison. Quel était son crime ? Seulement celui d’être la fille de Louis XVI et de Marie Antoinette.

Non content de la laisser croupir en prison, elle n’était visiblement pas au courant de ce qui était arrivé à ses proches.

Les dernières heures du Roi et de la Reine ont été pénibles preuve du caractère versatile du peuple français.

Même si Marie-Thérèse finit par être libérée de sa prison, son esprit quant à lui reste à tout jamais prisonnier du passé, des moments heureux passés à Versailles avec son frère et son cousin.

Cette femme qui pourtant était l’ainée de la fratrie sera la grande oubliée de l’Histoire. A cette époque, seuls les hommes pouvaient régner même s’ils n’étaient pas nés en premier.

Un roman passionnant car, même si l’on connait les grandes lignes de l’histoire avec un grand H, la petite histoire de ces deux femmes est prenante.

Chantereine ne pensait pas s’attacher autant à la Princesse et elle deviendra bientôt plus qu’une confidente mais une amie fidèle voir peut être même une mère.

Un très beau roman pour les férus d’Histoire mais pour les autres aussi.