colonie des ténèbres

Andersen Olchansky, un informaticien passionné par les chiroptères, arpente la nuit les souterrains de la Petite Ceinture, à Paris, où vivent des centaines de chauves-souris. Il cherche à comprendre pourquoi, au réveil de l’hibernation, ces animaux habituellement paisibles s’attaquent à l’homme avant de mourir mystérieusement. Parallèlement, il est chargé par son employeur, Naturalis, fleuron de l’industrie chimique en Europe, de décrypter les origines du piratage dont fait l’objet le site Internet du groupe. Aidé par Éphémère, une jeune femme insolite et fragile, Andersen devra remonter jusqu’à une série de crimes atroces perpétrés à Berlin-Est dans les années 1960, quand la Stasi faisait régner la terreur, avant que la vérité ne finisse par leur apparaître, issue du plus profond des ténèbres, bien plus terrifiante…

Quand je suis tombée sur ce livre à la bibliothèque, la couverture m’a filé les chocottes. Vous ne la trouvez pas flippante, vous ?? Petit avertissement : si vous n’avez pas d’affinités particulières avec les chauves-souris, vous n’en aurez pas plus après avoir lu ce livre.

Les chapitres alternent entre 1962 à Berlin au sortir de la guerre froide et nos jours. On se demande bien quel peut être le point commun entre deux meurtres sauvages de deux femmes à Berlin sous les yeux de leurs enfants, le lancement d’un nouvel insecticide révolutionnaire et le comportement étrange des chauves souris.

Figurez vous qu’il y en a un. Il suffit d’enchainer les chpaitres pour aboutir à la conclusion.

Cependant je m’attendais à quelque chose de plus énorme que ça, vu ce que laissait présager l’intrigue. De ce point de vue là, j’ai été un peu déçue.

Le livre en lui-même est très intéressant car j’ai appris plein de choses sur les chauves souris et sur les tests effectués sur le comportement humain et animal.

Le style est fluide et l’intrigue est vraiment prenante.

Un bon moment (mais pas à lire le soir).