Hanna


1996. Quand Hanna, jeune australienne, restauratrice passionnée de manuscrits anciens, apprend qu'on veut lui confier le célèbre Haggadah de Sarajevo, elle sent qu'il s'agit de la chance de sa vie. Plus à l'aise en compagnie des livres que de ses contemporains, elle part à la rencontre de ce précieux manuscrit hébreu, ressurgit des balkans en ruine.

C'est grâce à ma copine Dorsi que j'ai pu lire ce livre. J'avoue que je m'y suis un peu ennuyée. Je ne sais pas pourquoi mais le courant n'est pas trop passé entre lui et moi.

Pourtant je n'ai pas arrêté ma lecture pour autant car je voulais savoir comment cette enquête allait se terminer.

L'histoire de la Haggada est pourtant on ne peut plus fascinante. Hanna doit la restaurer pour être présentée dans un musée. Le papier parle de lui même et les quelques indices qu'elle y découvre vont la faire enqueter sur le chemin que ce livre a du parcourir pendant des siècles.

Le reproche que j'ai à faire c'est que les différentes périodes du périple de ce livre ne sont pas chronologiques ce qui est un peu dommage à mon sens.

Par ce roman on découvre le personnage d'Hanna qui est devenue restauratrice contre le voeu de sa mère pour qui la Médecine avec un grand M prévaut sur toutes les sciences. On y découvrira également l'histoire personnelle de ses deux femmes qui auront une incidence sur l'épilogue de ce livre.

Un avis en demi teinte pour ce roman donc. Je vous encourage à aller voir l'avis de ma copine préférée ici même.