nom du vent


J'ai libéré des princesses. J'ai incendié la ville de Trebon. J'ai suivi des pistes au clair de lune que personne n'oserait même évoquer. J'ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels.
J'ai été exclu de l'Université à un âge où l'on est encore trop jeune pour y entrer. J'y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.
Mon nom est Kvothe
Vous avez dû entendre parler de moi.

C’est un beau bébé de 782 pages et de 2 kilos dont je vais vous parler maintenant.

Je ne connaissais pas du tout l’auteur, ce fut donc une découverte. Ce roman relate la « 1ère journée » de la fameuse chronique du tueur de roi.

L’histoire se passe dans une auberge tenue par un homme mystérieux mais qui fait tout pour paraitre tout ce qu’il y a de plus normal. Il est secondé par un jeune homme dans la tenue de l’auberge.

Un beau jour, Kvothe sauve un homme sur un chemin et le ramène à l’auberge. Il s’avère que cet homme le recherchait car il voulait écrire son histoire.

Bien qu’un peu réticent au départ, Kvothe se remémore les souvenirs de sa vie passée.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que sa vie a été très riche. Ses parents trouvant la mort dans des circonstances tragiques, Kvothe se retrouve très jeune livré à lui-même et sans ressources.

Du fait de rencontres plus ou moins hasardeuses, il va connaitre un destin hors du commun et créant le mythe autour de sa personne.

Je ressors de cette lecture un peu mitigée : l’histoire et les personnages ne sont pas inintéressants mais il y a beaucoup de longueurs qui rendent le récit parfois interminable.

J’ose espérer que ce premier tome plante le décor de cette série et que les tomes suivants seront plus vivants (et un peu plus légers parce que dans le sac, c’est très pesant).

Lu dans le cadre du

baby challenge Fantasy 2012