dome 2

Le Dôme : personne n’y entre, personne nen sort.

A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, doù il vient et quand  ou s’il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à lintérieur de Chester Mill se raréfient.

Big Jim Rennie, un politicien pourri jusquà los, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur sinstalle et la résistance sorganise autour de Dale Barbara, vétéran de lIrak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville.

Souvenez il y a quelques semaines, je plongeais sous le Dome.

J’ai donc continué avec la deuxième partie. Celle-ci est beaucoup plus sombre que la première. Tout le monde est devant le fait accompli. Ils sont coincés sous ce Dome et il va bien falloir faire avec avant de trouver une solution pour s’en sortir.

Big Jim Rennie s’érige donc en sauveur de la population en s’octroyant des prérogatives qui ne sont somme toutes pas les siennes mais qui viendrait à y redire ?

La Résistance bien sur ! Car elle s’organise autour de ceux qui ne boivent pas les paroles du politicien comme du petit lait.

Ce groupe est assez hétéroclite : hommes, femmes, enfants, chiens. Mais une chose les anime tous : l’espoir.

Je me disais que rien ne pouvait égaler la mise en place du Dome en matière d’atrocités. Je me trompais. Dans cette deuxième partie, il y a une scène quasi apocalyptique qui m’a complètement remué.

En revanche, je suis assez déçue par la fin, je m’attendais à une explication démentielle et certes on a eu une explication mais je la trouve bien en deça de ce que cela aurait pu être.

En somme, c’est un Stephen King de bonne facture mais je n’ai pas eu de gros frissons comme dans les premiers que j’ai pu lire.