laisse moi te posséder

Étudiante en art et en architecture, Francesca Arno a été sélectionnée pour réaliser une peinture murale d’exception dans le nouveau building de Noble Enterprises. À la tête de cette société florissante : Ian Noble. Puissant, insaisissable, il contrôle tout ce qui l’entoure d’une main de maître. C’est à l’occasion d’un cocktail que Francesca fait sa rencontre. Une rencontre qui se révèle décisive, fatale.

Il l’attire, la possède. Et elle aime ça.

Elle est jeune, innocente. Il ne peut résister.

C’est un jeu passionnel et exclusif. Un jeu de pouvoir sans aucune limite.

Merci aux Editions J'ai Lu de m'avoir fait connaitre ces personnages.

Quand Francesca remporte un concours pour réaliser une toile qui trônera dans le nouvel immeuble de l’entreprise de Ian Noble, elle est loin de se douter de l’impact que cet évènement va avoir dans sa vie future.

Ian Noble est un homme puissant et Francesca va très vite tomber sous son charme. Elle va découvrir que cet homme exerce un contrôle sur tous les aspects de sa vie à la professionnelle et privée. Pour tout dire c’est un dominateur : il propose à Francesca une relation dominant/dominé qu’elle accepte en tout état de cause.

Seulement Ian a une certaine tendance à vouloir contrôler les autres aspects de la vie de Francesca ce qui n’est pas du tout de son gout et ne se gêne pas pour le dire à son amant bien que celui-ci lui fasse payer lors des ébats suivants.

Le style de l’auteur passe bien, peu de mots crus et vulgaires, les scènes sont décrites avec beaucoup de sensualité et ne paraissent pas « surjouées »

Et il y a un fond à cette histoire, des raisons particulières que ces deux êtres sont comme ils sont et pourquoi ils agissent ainsi. Ce n’est pas seulement une histoire de sexe mais vraiment une histoire d’amour avec de vrais sentiments.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Francesca qui est une jeune femme déterminée, avec un caractère bien trempée qui change radicalement des personnages de romance érotique que l’on a l’habitude de voir.

Je pense que les amateurs(trices) du genre seront comblé(e)s.