blood hollow

Aurora, Minnesota. Charlotte Kane, la fille d’une de familles les plus riches de la ville disparait le soir du Nouvel An. Toutes les recherches restent vaines. Quelques mois plus tard, lors de la fonte des neiges, on retrouve son corps. Son petit ami, Winter Moon, un Indien de la réserve Ojibwe, soupçonné de l’avoir assassinée, s’enfuit, ce qui accrédite la thèse de sa culpabilité. L’ex shérif Corcoran « Cork » O’ Connor, persuadé de l’innocence du jeune homme, redoute le besoin de vengeance de la famille Kane, et craint une flambée de violence envers les Indiens de la part des habitants les plus réactionnaires de la ville. Quand Winter Moon se livre contre toute attente aux autorités, des évènements étranges et inexplicables commencent à se produire, qui vont bientôt bouleverser la vie paisible de la petite communauté, dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu’on ne le pense.

J'ai découvert le personnage de Cork O’Connor, ancien shérif d’Aurora moitié blanc et moitié Ojibwe. Je suis tout de suite tombée sous le charme de ce personnage mais aussi de l'ambiance qui se dégage de la petite bourgade d'Aurora.

J'ai adhéré au récit, les rebondissements et les fausses pistes s'enchainent ne laissant aucun répit au lecteur. J'ai eu plusieurs idées quant à l'identité de l'assassin et à chaque fois je me suis fait avoir.

J’ai lu ici et là que le style était comparable à Craig Johnson. Je dirais oui et non : oui pour l’ambiance, la culture des Indiens d’Amérique et non car les deux auteurs ont à mon sens un style qui leur est propre.

Evidemment comme dans toute bourgade qui se respecte, les nouvelles, bonnes ou mauvaises, vont bon train et les préjugés également. Quoi de plus « normal » qu’un Indien ait assassiné une pauvre jouvencelle blanche.

Au-delà des préjugés et des faux semblants, Cork ira jusqu’au bout pour prouver l’innocence du jeune homme même si, comme le souligne son épouse, il a la délicatesse d’un pitbull.

J’ai adoré tous les personnages et notamment la famille O’Connor : Jo, l’épouse de Cork et leurs enfants Annie, Jenny et Stevie.
C’est une famille soudée qui a visiblement souffert par le passé même si on ignore ce qui s’est passé.

Je pense qu’il faut lire les autres aventures de Cork O’Connor pour découvrir tout ce qui s’est passé.
Il est clair que je ne vais pas en rester là.

Je tiens à remercier chaleureusement Delphine de Plume Libre qui m’a (un peu) poussé à lire ce livre. Elle a rudement bien fait.