retour à salem

 

 

 

 

 

 

 

 

Un soir à Hambourg, Hélène Grimaud pousse la porte d'un antiquaire. Elle ne sait pas qu'à cet instant précis sa vie bascule dans l'Ailleurs, et dans une succession d'événements qui la ramèneront de l'Europe aux Etats-Unis, à Salem, le refuge de ses loups, pour reprendre, à leurs côtés, sa lutte contre la destruction de la nature. Récit autobiographique ? Roman fantastique ? Tel est l'enjeu de ce livre qui alterne conte initiatique et journal personnel, et qui croise, jusqu'au vertige, fiction et réalité.
A la suite des grands romantiques dont elle est l'interprète mondialement célébrée, Hélène Grimaud nous invite à tendre l'oreille et à ouvrir les yeux et le cœur.

Je connaissais Hélène Grimaud en tant que pianiste, je la découvre avec ce livre grâce aux Editions Albin Michel.

L’artiste, lors d’une série de concerts, découvre chez un antiquaire un vieux manuscrit.
Au fur et à mesure de sa lecture, elle découvre que Johannes Brahms, son compositeur fétiche, ne serait pas étranger à son contenu.

En effectuant des recherches, elle va découvrir que la nature est en danger, encore plus que ce qu’elle craignait déjà.

Est-ce Brahms qui a écrit ce manuscrit relatant sa propre expérience ou est-ce pure fiction ?

L’auteur va suivre les pas de l’homme du manuscrit. Quelque part de fiction que ce manuscrit peut receler, Hélène Grimaud va y puiser sa propre vérité.

Au lecteur de faire son choix d’y adhérer ou non, on ne peut que reconnaître qu’Hélène Grimaud met de la magie dans ces mots et autant de passion qu’elle met dans ses prestations musicales.

Ce livre offre une belle parenthèse dans un quotidien morose et des réflexions sur l’avenir de l’humanité.

Je vous laisse avec la belle aux loups pour une parenthèse musicale :

 Hélène Grimaud joue Mozart (Adagio)