sa vie dans les yeux d'une poupée

Provocateur, cynique et misogyne, Marc est affecté à la brigade des mœurs après un grave accident.

Quand, dans le cadre d’une enquête, il croise la douce Barbara, le policier est troublé par son regard presque candide, touché par cette fragilité que partagent ceux qui reviennent de loin. Ému. Au point de croire de nouveau en l’avenir.

Mais il est aussi persuadé qu’elle est la pièce manquante, le pion à manipuler pour démasquer le psychopathe qu’il traque.

Et s’il se trompait ?

Le pire des monstres est parfois celui qui s’ignore, quand bien même il rêve sa vie dans les yeux d’une poupée...

La vie de Barbara bascule un soir. A la suite de cet évènement, elle ne sera plus jamais la même. Sa seule confidente : une poupée.

Marc porte sur lui les stigmates d’un accident de la route d’une violente inouïe. Lui non plus n’est plus le même.

Ces deux personnages étaient destinés à se rencontrer. Ces deux écorchés de la vie vont se raccrocher l’un à l’autre pour survivre.

Cette rencontre aurait pu paraitre trop « grosse », trop improbable. Pourtant, l’auteur a su faire en sorte de nous persuader que tout peut arriver.

Certaines scènes sont violentes et choquantes, mieux elles sont si intenses que le lecteur les vit au plus prochain de lui.

Quelle intensité !

Il est difficile de parler de ce livre sans trop en dire mais il n’en reste pas moins que si la fin est inévitable, je n’aurais jamais pensé qu’elle irait jusque là.

Marc est un homme indéfinissable mais en apprenant à le connaitre, il s’agit juste d’un homme qui souffre et qui a une façon bien à lui de composer avec.

Barbara, sous son apparence fragile, cache un gouffre recelant de sombres secrets.

En tout état de cause, Ingrid Desjours manie avec beaucoup de maitrise la psychologie pour nous offrir un polar d’une noirceur peu commune.

Son style marque les esprits pour longtemps et vous ne pourrez qu’y succomber.