sang versé

Après un long congé maladie, l'avocate Rebecka Martinsson est de retour, en mission pour son cabinet, dans sa ville natale de Kiruna. Mais les retrouvailles sont loin d'être aussi paisibles que le suggèrent les forêts enneigées de Laponie. Une femme pasteur, dont l'engagement féministe suscitait des remous dans la communauté, est retrouvée sauvagement mutilée, pendue à l'orgue de son église. Cette exécution fait remonter en Rebecka le souvenir traumatisant d'une enquête sur le meurtre d'un autre pasteur à laquelle elle avait participé un an auparavant.
Le coupable est-il le même ? Y aura-t-il d'autres victimes ? La terre, désormais, semble prête à dévoiler le sang versé... Ce suspense implacable, somptueusement éclairé par les lumières polaires, révèle tout ce qui rend Asa Larsson incontournable : une intrigue parfaitement menée, une écriture singulière, envoûtante et une grande sensibilité psychologique.

Rebecka est en arret maladie après l'expérience affreuse qu'elle a vécu quelques mois auparavant. Cependant, son patron tient à ce qu'elle garde un pied à l'étrier et l'envoie avec un collègue dans sa ville natale pour une affaire.

Elle pensait faire juste l'aller-retour mais une sombre affaire la pousse à rester : une femme pasteur a été retrouvée assassinée et l'enquête piétine.

Sans vraiment s'en rendre compte elle va mener l'enquête. La victime était un personnage brut de décoffrage qui s'est fait beaucoup d'ennemis et chacun aurait pu avoir un mobile. Mais la solution est-elle vraiment si évidente ? Rien n'est moins sur.

On se fait une idée de qui était cette femme par le biais de son entourage et de nombreux flash-backs la font revivre afin que le lecteur se fasse son idée.

L'auteur guide le lecteur doucement mais surement vers la solution. Le rythme n'est pas rapide mais n'est pas trop lent non plus comme on peut souvent le constater chez les auteurs suédois.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Rebecka qui se cherche et qui a du mal à revenir de l'expérience traumatisante qu'elle a vécu. Mais les personnages sont secondaires sont tout aussi travaillés que le personnage principal ce qui donne des scènes très fortes et teintées d'une psychologie toute féminine.

Ce roman est le deuxième mettant en scène Rebecka Martinsson, le premier étant paru aux Editions Gallimard sous le titre "Horreur Boréale", tout un programme non ?

L'auteur sera présente aux Quais du Polar ce week end. Il y a de grandes chances que je lui rende visite.