passé imparfait

Lorsque commence cette histoire, le narrateur est sans nouvelles de Damien Baxter depuis près de quarante ans. Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s’est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970. Aussi, le jour où notre homme reçoit une invitation de Damien, la surprise est-elle de taille. Après des retrouvailles déconcertantes dans un magnifique manoir de la campagne anglaise où Damien vit seul, entouré de son personnel, ce dernier fait à son invité une révélation inattendue : il est atteint d’une maladie incurable et n’a pas d’héritier à qui léguer son immense fortune. À moins que... Quelques années auparavant, une femme lui a adressé une lettre anonyme dans laquelle elle prétendait qu’il était le père de son enfant. Une femme rencontrée entre 1968 et 1970. Damien propose alors à notre héros de partir à la recherche de ses anciennes conquêtes, cinq jeunes filles de bonne famille que les deux amis ont fréquentées dans le Londres des Swinging Sixties. C’est le début d’un voyage vers un passé plein de fantômes, de secrets et de révélations surprenantes.

Retraçant l’évolution de la haute société anglaise depuis la fin des années 1960, Julian Fellowes dresse le tableau d’une classe et d’un pays en pleine mutation. Il nous offre surtout un personnage inoubliable qui, au rythme de révélations qui le bouleverseront tout autant que le lecteur, va peu à peu prendre conscience que si les temps ont changé, lui aussi.


L’idée de départ de ce roman est interéssante : votre meilleur ami du temps de la fac que vous n’avez pas revu depuis près de 40 ans vous recontacte.

Ce dernier est mourrant et vous confie une mission : retrouver l’enfant qu’il a eu avec une des femmes qu’il fréquentait du temps de l’université.

Le narrateur accepte malgré tout. Il va réapprendre à connaitre cet ami et va être amené à faire une introspection de sa propre vie. Il va ainsi retrouver toutes les personnes qu’il cotoyait à l’époque.

Peut être que venir en aide à cet ami lui sauvera la vie également.

J’ai bien aimé ce roman mais je l’ai trouvé assez long ; la desciption de l’Angleterre des années 60 est certes intéressante du point de vue social ceci étant, ce la ne méritait peut être pas autant de développement. A mon sens cela nuit quelque peu au récit.

Je me suis donc un peu ennuyée mais comme je voulais connaitre le fin mot de l’histoire, je suis donc allée au bout.

Je suis ressortie un peu mitigée mais je suis contente d’avoir percé le mystère. Quoique la fin aurait surement mérité d’être un peu plus développée.