tom l'éclair


Le 14 octobre 1968, à 10 ans, 3 mois et 4 jours, Thomas Leclerc comprend enfin pourquoi il est sur Terre : il n'est pas Thomas Leclerc, mais Tom l'Éclair plus vif que l'Éclair... Comme les super-héros, il est un étranger jeté dans un monde qui n'est pas fait pour lui. Souffrant de difficultés relationnelles et émotionnelles, cet enfant de la fin des années 60 s'invente un destin qui va lui permettre de sauver son Monde, qui évolue entre sa maison, sa résidence et la petite ville de Montigny.
C'est ainsi qu'il sort de sa chambre et de son isolement, et part défier la réalité et ses pièges pour voler au secours de ses parents qui comptent se séparer ou encore venger l'honneur de Palma, une fille de son collège qui a été assassinée et dont le meurtrier court toujours...
Digne d'un super-héros, Tom ira jusqu'au bout. Et si c'était le prix à payer pour trouver sa voie vers le Monde ?

Dès les premières lignes de ce roman, Paul Vacca nous emmène à la rencontre de Tom. Tom n'est pas un petit garçon comme les autres, il vit dans son monde à l'intérieur de lui. Tom souffre d'autisme même si en 1968 on ne met pas encore un nom tangible sur sa maladie.

S'il a des difficultés à communiquer avec son entourage, il n'en comprend pas moins quasiment tous les aspects. Fan de comics et de super héros, il ne tarde pas à se découvrir des points communs avec ses idoles. Il sait pourquoi il existe : il doit sauver le monde !

Tom nous entraine dans les missions touchantes, attendrissantes, surprenantes. Mais on va à la rencontre de l'entourage de Tom, ses parents et ses copains et à leurs difficultés.

Par des petits gestes d'enfant, il accomplit des miracles. J'ai tout de suite aimé ce petit garçon qui évolue dans son propre univers tout en existant dans le monde dit normal. On ne tombe pas dans le pathos ni dans la démagogie. Ce livre offre une parenthèse émouvante dans le monde de l'enfance.

On rit, on sourit et on sent des fois entre deux rires une petite boule au fond de la gorge et la vision se brouille soudainement.

J'aurais aimé passer encore beaucoup de moments avec ce super héros qu'est Tom mais je sens que je ne suis pas prête de l'oublier.