la-compassion-du-diable

1963 - Une nuit dans l'Ohio... impulsive.
Suivront des corps, dans des barils en plastique.
1981 - Deux enquêteurs, hantés par leur passé.
Le cannibale de Cleveland... et vous.
Votre compassion... celle pour le diable


Je sais ce que vous vous dites : mais que se cache-t-il derrière cette couverture bleue ? Ne cherchez plus, il se cache l’histoire d’un tueur en série inspiré de la vie de Jeffrey Dahmer, lui-même tristement célèbre.
En 1981, la découverte de cadavres dans des barils va amener les deux enquêteurs sur les traces d’un criminel traqué depuis les années 60.


Freddy Lawrence et Victoria Fletcher vont devoir aller très loin dans leur enquête afin de faire cesser les agissements de ce criminel.
La description du mode opératoire du tueur est si visuelle que vous sentirez des frissons vous parcourir l’échine.
La façon dont l’auteur a construit son récit vous fera ne pas lacher le roman avant d’avoir été au bout. Chaque personnage est un élément du puzzle et il comprend de nombreuses pièces cachées.


Dans son avant-propos, l’auteur indique que certains faits réels sont relatés dans le livre. On peut se poser la question de savoir ce qui est inventé de ce qui s’est vraiment passé.
Mais peu importe. Fabio Mitchelli nous avait donné le vertige avec sa trilogie des Verticales mais dans la Compassion du Diable, il nous emmène dans les profondeurs de l’âme humaine.
Le titre peut paraitre énigmatique mais au fil de la lecture, il s’explique pleinement.


L’auteur a monté une marche supplémentaire dans son écriture et je n’ose imaginer ce que cela pourra donner dans les années à venir. Il y aura peut-être de nombreuses nuits blanches mais pour cela le Diable n’aura aucune compassion.
Si vous voulez un autre avis, n’oubliez pas d’aller faire un tour chez Cecibondelire.