les fauves

« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'État islamique, l'ambitieuse Haiko est devenue la cible d'une terrible fatwa.
Lorsqu'elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d'Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l'entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ?
Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Le nouveau roman d’Ingrid Desjours ne vous laissera que peu de répit.
Haiko s’est fait de nombreux ennemis et non des moindres : Daesh a lancé une fatwa à son encontre. Ses proches étant inquiets, un service d’ordre est engagé pour assurer sa protection suite à l’assassinat d’une de ses amies proches.
Lars a des méthodes très particulières et un caractère bien trempé. Autant dire que leur rencontre va faire des étincelles. Lars a peu à peu des doutes sur sa cliente.
Il ne va pas tarder à éprouver un cas de conscience.

A chaque roman, Ingrid Desjours va encore plus loin dans son écriture. Dans les Fauves, la psychologie de ses personnages est poussée à son extrême. On peut même dire que l’on rentre dans leurs têtes.
Certaines scènes sont particulièrement violentes et j’ai vraiment eu l’impression d’en vivre certaines ce qui est particulièrement angoissant.

En parlant d’angoisse, l’auteur réussit à maintenir le climat d’angoisse de la première à la dernière ligne.
Le sujet traité va parler à tout le monde car malheureusement il fait l’actualité depuis quelques temps. N’est-ce pas la traduction d’un mal être de la jeunesse d’aujourd’hui que de se tourner vers les mirages promis par des manipulateurs ?


Une chose est sure ce roman ne laisse pas indifférents et les Fauves vous tourneront autour pendant un moment et trouveront un écho dans vos peurs les plus profondes.