surtout ne mens pas

Elle est une violoniste virtuose. Il est un chercheur islandais de renom, spécialisé dans l’étude du cerveau. Laura et Erik vivent à Paris. Un couple uni, passionné, admiré. Jusqu’à cette fête, pour les quarante ans d’Erik. Il est retrouvé inconscient, pendu à un fil barbelé. Suicide ? Tentative de meurtre ? Tout réussissait à Erik qui venait d’isoler une molécule révolutionnaire agissant sur le cerveau. Pour Laura, le monde s’écroule. Quelles recherches menait précisément Erik ? Elle découvre qu’il avait d’étranges fréquentations. On la poursuit, on la traque dans les rues de Paris. Sa vie est en danger. Autour d’elle, des hommes sont abattus. Dans sa quête de vérité, elle se retrouve plongée dans un monde de terreur. Avant de sombrer dans le coma, Erik avait laissé un texto à Laura : « Plus possible de vivre dans le mensonge… »

Laura a tout pour être heureuse : violoniste de renom, mariée à un scientifique d'une intelligence rare et sur le point de faire une découverte majeure. Le soir de son anniversaire, il se pend à un fil de barbelé. Passé le choc, Laura va tenter de comprendre le geste de son mari et s'apercevoir qu'elle était bien loin de le connaitre vraiment.

Comme avec toute découverte scientifique, la peur qu'elle tombe dans de mauvaises mains et soit détournée de son objectif initial est grand. on en a vu des exemples flagrants dans l'Histoire. Mais imaginons que cette découverte soit bien réelle et utilisée à des fins purement thérapeutique, cela faciliterait bon nombre des malades (neurodégénératifs notamment).

Le suspense est très bien mené et le dernier tiers du livre est mené tambour battant avec une course poursuite haletante. Le personnage de Laura vacille dans ses certitudes et finalement on ne connait vraiment pas complètement notre entourage. Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort.

Elena Sender signe un thriller psychologique palpitant qui ravira les amateurs du genre.