la main de l'empereur


Rekk n’a pas eu une enfance facile. Fils bâtard d’un gladiateur et d’une femme mariée, élevé par des prostituées, il est sauvé par son habileté à l’épée. Il se fait à son tour une place dans l’arène et en devient bientôt le champion. Mais Rekk doit poursuivre ailleurs un destin écrit en lettres de sang : l’Empereur en personne l’envoie rejoindre l’armée qui mène en son nom une guerre éprouvante contre les tribus koushites. En compagnie d’hommes démunis et amers, dans l’enfer de la jungle où le danger est partout, Rekk va devenir le bras armé de l’Empereur grâce à ses talents redoutables. Lorsque l’on suscite l’admiration autant que la crainte et la haine, savoir se battre ne suffit pas toujours, et la frontière est ténue entre le héros et le monstre. Qu’arrivera-t-il à Rekk quand sa légende lui échappera ? DANS LA MAIN D'UN EMPEREUR, LES MORTELS NE SONT QUE DES PIONS.


Je n’ai pas lu la série des épées de glace où apparaissait déjà le personnage de Rekk, bien que le premier tome soit dans ma PAL depuis un moment (c’est une autre histoire…). C’est donc avec plaisir et curiosité que j’ai découvert les débuts de ce personnage si particulier.


Son enfance a été jalonnée de coups durs et de pertes lourdes mais il est devenu un champion, un combattant hors pair. Il s’attire ainsi les bonnes grâces de l’empereur qui voit en lui l’homme pouvant mener ses troupes au combat face aux redoutables Koushites.
C’est alors que va se créer la légende du Boucher, nom qui inspire tour à tour crainte ou respect.
J’ai tout simplement dévoré ce roman, le style est fluide et les personnages et leurs caractères sont travaillés avec subtilité : les gentils ont beaucoup de défauts et les méchants sont retors et malveillants à souhait.


L’action est menée sans temps mort : combats, stratégies, manipulation, complots vous ne vous ennuierez pas une seule minute. La description des lieux et des champs de bataille sont très réalistes.


Mon seul regret est que le livre se lit très vite tant on a envie de connaître la suite à chaque fin de chapitre. Je ne dirais qu’une seule chose à l’auteur : on ne laisse pas le lecteur dans cet état quand on finit un livre, c’est inhumain ! ! ! !
Je n’attends plus qu’une chose c’est que le deuxième tome sorte rapidement.