toxique

Ils aiment entrer dans votre vie,   certains aiment exercer leur pouvoir sur vous, Certains aiment vous séduire pour vous détruire. Ce sont les toxiques.    Janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crime dépêche le commandant Tomar Khan, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. À première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 h », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il y paraît.

Niko Tackian revient avec un polar bien noir. Tout commence avec le meurtre de la directrice d'une école maternelle. Le coupable semble être un éducateur avec lequel elle avait rendez vous. Du tout cuit et une affaire rondement menée. C'est sans compter le commandant Tomar Khan qui sent que dans cette affaire il n'a seulement vu que la partie émergée de l'iceberg.

En parallèle de cette enquête, on suit Tomar côté vie privée qui n'est pas non plus de tout repos. Niko Tackian a créé un personnage extrêmement déterminé et pointilleux mais aussi trouble et complexe. Son côté obscur veut très souvent prendre le pas sur le meilleur et ce n'est pas sans conséquence. Tout ne peut pas être noir ou blanc, il faut savoir nuancer.

L'intrigue est noire, l'ambiance l'est tout autant, les personnages très bien construits. Même si l'ensemble est assez oppressant, on n'a pas tellement envie de les quitter. J'aimerais bien retrouver le commandant Khan dans une autre enquête pour suivre son évolution.

L'écriture est toujours aussi visuelle que dans ses précédents romans et je suis certaine que ce roman ferait un excellent téléfilm.

Ce qui est c'est qu'avec Toxique, vous ne regarderez plus votre entourage comme avant.