années solex

Alsace, 1969. Juliette passe des vacances avec sa cousine Camille chez leurs grands-parents. Elle fait la connaissance de Patrice dont elle tombe amoureuse. Les revendications de mai 1968 sont toujours présentes dans les esprits et les deux jeunes filles aimeraient s'évader du cocon familial.
Parfum de Schiaparelli, pantalons pattes d’eph orange, musique pop… Délicieusement nostalgique, Les Années Solex signe le portrait d’une génération avide de liberté.

Emmanuelle de Boysson nous replonge dans les années 60-70. Période nostalique ou totalement préhistorique pour les moins de 20 ans, on pourrait croire que cette période n'a jamais existé tant les moeurs ont évolué.

Etre adolescent n'est jamais une période facile,  mais quand en plus les meours de l'époque sont particulièrement rigides, rien n'est simple.

Juliette a grandi dans une famille aimante mais sa mère a une idée bien précise de la manière dont une jeune fille doit se comporter et faire honneur de sa famille. Mais à 14 ans, la vie commence, l'attrait pour les garçons aussi et quand on a une cousine comme Camille, les tentations sont multiples.

Sa rencontre avec Patrice va bouleverser son existence et mettre en cause l'ordre établi en provoquant disputes, punitions et chamailleries. J'ai beaucoup aimé le personnage de Juliette à la fois rebelle et naïve.

A cette époque, avoir un Solex était un signe d'indépendance comme aujourd'hui peut être le scooter. Mais les questions existentielles que se posent les adolescents sur la vie et l'amour sont les mêmes.

Toujours avec un style très documenté, Emmanuelle de Boysson nous fait partager un peu de cette époque très nostalgique pour tous ceux qui l'ont vécu, ce n'est peut être pas un âge d'or mais presque.

On pourra peut être gouter à ces charmes car il paraitraitque le Solex va faire son grand retour.

si vous aussi vous êtes nostalgiques des années solex ou tout simplement vous avez envie de savoir comment on y vivait, précipitez vous sur ce roman.