parler ne fait pas cuire le riz

À bientôt quarante ans, Jeanne est au bout du bout du rouleau. Plus de mec, un travail qui ne rapporte pas un rond, des relations tendues avec sa mère et quelques kilos en trop, sa vie ressemble à un désastre. Afin de l'aider à faire le point, sa soeur lui offre une semaine de vacances. Mais pas pour se la couler douce, non, pour faire une cure de jeûne. Le pire cauchemar de Jeanne ! Imaginer dire adieu au pain au chocolat du matin et à tous les gâteaux qu'elle avale compulsivement, c'est déjà une torture, alors huit jours de diète forcée, c'est au-dessus de ses forces. Et pourtant ... C'est au fin fond du Pays basque que la retraite commence avec Myriam, spécialiste déjantée ès jeûnes, et son mari JP, baba cool à la masse. Au programme: yoga, randonnée et bouillons. Pour Jeanne, la semaine s'annonce longue, très longue. Franck, le neveu de Myriam, et son ami Gustave, appelés en renfort, l'aideront-ils à surmonter sa mauvaise humeur?

Quand on vous offre une semaine de vacances, il serait malvenu de faire la fine bouche et ce même s’il s’agit d’une semaine de jeûne au fin fond du Pays Basque.
Voici la situation dans laquelle se trouve Jeanne, elle se retrouve donc dans une sacrée galère d’autant plus que pour elle, la nourriture est devenue sa bouée de sauvetage dans sa vie où tout va mal.
C’est sans compter sur la bonne humeur de ses compagnons de route et la patronne du gite, ces 8 jours vont peut-être changer la vie de Jeanne.
J’ai beaucoup ri à la lecture de ce roman, il faut dire aussi que Jeanne a une imagination fertile pour tenter de mettre fin à son séjour. Son personnage m’a beaucoup ému car sous ses dehors avenants se cache encore une petite fille très malheureuse. Ce livre agit également comme une détox sur le lecteur. Par le biais de ses personnages, Cécile Krug nous transmet des petites recettes pour aller mieux.
J’ai eu quelques fous rires avec des expressions totalement inattendues comme « atomiser le hérisson ». Je vous laisse découvrir de quoi il s’agit mais sachez qu’aucun animal n’a été blessé lors de cette opération.
Certes parler ne fait pas cuire le riz mais cela permet sans doute s’y voir plus clair.