pique nique des orphelins

La dernière chose que Mary et Karl entrevoient de leur mère, c'est la flamme de ses cheveux roux émergeant du biplan qui l'emporte pour toujours aux côtés d'un pilote acrobate... Devenus orphelins, les enfants montent dans un train de marchandises afin de trouver refuge chez leur tante, dans le Dakota du Nord. Ainsi commence, en 1932, une chronique familiale qui s'étend sur plus de quarante ans, et fait vivre toute une galerie de personnages hors du commun en proie aux paradoxes de l'amour. Cette nouvelle traduction du deuxième roman de Louise Erdrich, paru aux États-Unis en 1986, permet de (re)découvrir l'un de ses plus beaux livres, qui préfigure déjà la puissance et la beauté d'une des œuvres les plus singulières de la littérature américaine.

C'est un roman qui met en scène un frère et une soeur abandonnés par leur mère. Ils vont croiser toute une galerie de personnages qui vont pimenter leur quotidien et c'est ainsi que sur plusieurs générations. Leurs petites histoires se mêleront bientot à la grande.

La force de l'auteur est de décrire si bien les lieux et les personnes que l'on imagine très bien les scènes se dérouler sous nos yeux.

Et puis les personnages sont très riches, complexes et touchants à la fois. Alors cela suscite de nombreuses histoires, des jalousies, des quiproquos en somme la vie ordinaire des gens.

C'est aussi un roman sur l'Amérique de 1930 au milieu des années 70.

Le pique nique des Orphelins est un roman d'une richesse humaine hors pair et une vraie invitation à remonter le temps.