concombre

Les célibataires contre les hommes mariés, a-t-on idée ? Quelle mouche a donc piqué Hubert d'accepter ce match au village ? Lui, quadragénaire hypocondriaque, consultant en ressources humaines et... bancal du sentiment. Mais on ne se méfie jamais assez lorsqu'on se retrouve à la merci d'une nièce astucieuse et aux bons soins d'un ami moins débonnaire qu'il n'en a l'air... Car Hubert aime, mal, et ne sait le dire. Quelle plus belle phrase, pourtant, que " Je t'aime " ?.. Mais on oublie parfois de la prononcer, par peur, pudeur ou négligence, et l'on passe alors a coté de l'essentiel : ceux qui nous sont chers et à qui on n'a pas su le faire comprendre... A côté quelquefois de sa propre vie aussi... Sous l'aile du Concombre, on rit, on pleure... Mais au moment de dire " Je t'aime ", on se souviendra de cette leçon de vie.

Ce roman est un petit bijou de tendresse et une vraie et belle célébration de l'Amour avec un grand A.

Hubert quadra fringant est ce que l'on appelle un vieux garçon. Il a du succès auprès de la gente féminine ce n'est pas la question mais lui et l'amour ça fait deux. L'exemple de ses parents ne lui a pas donné envie de se lancer dans l'aventure. Pourtant il les aime ses parents mais comme il est difficile de dire ces quelques petits mots qui font pourtant tant d'effet : je t'aime.

Comme il faut se sentir en confiance face à la personne aimée (mari, femme, père, mère, soeur...) avant que ces mots franchissent le seuil de nos lèvres.

Vousme direz : à quoi peut bien servir un concombre dans ces cas là ? sous ses airs débonnaires, le concombre alias Joseph, veille sur tout ce petit monde et les aide à y voir plus clair. On dit que les carottes sont bonnes pour la vue mais il faut croire que le concombre aussi.

Henri Girard a signé un roman tendre et poétique, les situations dans lesquelles il met ses personnages sont à la fois très droles et très touchantes.

Moralité pour avancer dans la vie, il faut avoir un papa, une maman et un concombre.