ne dis rien à papa

L'instinct maternel est l'arme la plus puissante au monde. Surtout quand on la retourne contre ses propres enfants.
Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.

Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l'un, une propension à la mélancolie et, chez l'autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu'elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au coeur d'images qu'elle voudrait tant oublier... À n'importe quel prix...

Et lorsqu'un nouveau voisin s'installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d'une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.

Après Fais-le pour Maman, François Xavier Dillard revient avec un nouveau roman dont les relations familiales sont une fois de plus au coeur de l'histoire. Fanny et son mari sont un couple d'apparence tranquille et vivent avec leurs jumeaux, Victor et Arno. Vous direz jusque là tout va bien, oui mais......

Parallèlement, le commissaire Dubois enquête sur une série de morts inexpliquées : les corps sont plus que mutilés laissant imaginer aisément par quels supplices les victimes sont passées.

Et puis enfin, certains chapitres sont écrits en italique donnant la parole à un autre personnage et ce qu'il a vécu n'est guère plus réjouissant.

Laissez François Xavier Dillard ajouter quelques ingrédients comme une ambiance étouffante et de plus en plus malsaine au fil des pages et une exploration de la folie humaine, vous aurez entre les mains un thriller addictif. Les chapitres sont courts et obligent le lecteur à en lire toujours plus pour savoir la suite.

Les blessures du passé ne se referment jamais complètement et la moindre étincelle peut tout faire basculer. La famille devrait être le berceau où on se sent à l'abri des attaques du monde extérieur, mais encore une fois François Xavier Dillard nous montre que la menace peut aussi venir de l'intérieur et que l'on est à l'abri nulle part.

Ce monsieur est vraiment un auteur à suivre car à chaque roman on va de surprises en surprises.