Comme un phare dans la tourmente

Au soir de sa vie, Martial, paysan bourru, se remémore le parcours jalonné d’embuches de ses quinze dernières années. Notre vie d’adulte se façonne dans les premières années de notre enfance. Lorsque l’on évoque notre passé, il nous revient le souvenir d’un parent, d’une mamie, que l’on porte dans son cœur, et qui nous a soutenu dans cette étape délicate. Voici l'histoire de Martial et celle de son petit-fils Antoine, qui, au travers des tourments d’une famille qui se consume et se déchire, vont apprendre à se connaître, et à s’aimer. Un récit intime, peuplé d’émotions, de joies et de chagrins, de peurs et d’amours qui parsèment nos mémoires d’enfants. Une histoire qui ne vous laissera pas insensible.

Décidément les premières lectures de 2018 sont synonymes de coup de coeur et comme un phare dans la tourmente rentre dans cette catégorie. C'est l'histoire de Martial, sa fille Mylène et son petit fils Antoine.

Martial est agriculteur, un homme du cru qui ne jure que par le travail de la terre et la vie à la campagne. Veuf depuis de nombreuses années, il a essayé d'élever sa fille dans ses valeurs. Mylène tombe sous le charme d'un jeune, l'épouse et donne naissance à un petit garçon Antoine.

Entre lui et son papy, c'est le coup de foudre. Martial se découvre une âme tendre et chaleureuse, ce petit bonhomme est son rayon de soleil. Martial s'aperçoit qu'il n'a pas toujours été très présent pour sa fill et tente grace à Antoine de rattraper le temps perdu.

Mais c'est aussi l'histoire de Mylène pour qui la vie quotidienne n'est pas rose mais qui se voile la face.

L'histoire de Mylène est celle de milliers de femmes qui comme elles subissent au quotidien. Toutes n'ont sans doute pas un phare auquel se raccrocher en cas de besoin.

Je me suis tout de suite attachée aux personnages : Martial, Mylène, Antoine mais aussi Anne qui joue un personnage très important dans l'histoire.

On rit, on sourit, on est révoltés et on pleure aussi. J'ai dévoré ce roman de Wendall Utroi que je découvre grâce à ce roman.

Une chose est sure c'est que ce ne sera surement pas le dernier.