un appartement à Paris

Paris, un atelier d'artiste caché au fond d'une allée verdoyante.
Madeline l'a loué pour s'y reposer et s'isoler.
À la suite d'une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L'atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l'assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd'hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d'unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

Voilà longtemps que je ne m'étais pas plongée dans un roman de Guillaume Musso. Il commence par la rencontre entre un homme et une femme qui n'ont rien en commun. Suite à un malentendu, ils ont loué la même maison, ladite maison ayant appartenu à un peintre génial.

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur (peu ou prou), ils vont chercher à en savoir plus sur ce personnage et par la même apprendre à se connaitre.

Leur duo est atypique, mais ils forment tous les deux une sacrée équipe. Ils trainent chacun tellement de casseroles qu'ils pourraient monter leur propre cuisine.

Ce roman débute par un quiproquo et va se terminer en véritable enquête policière. On s'attache aux personnages, Madeline m'a beaucoup touché mais l'institutrice qu'elle rencontre brièvement m'a également émue. En somme, les personnages secondaires sont très riches et servent à merveille les deux protagonistes.

Je ne m'étais pas imaginé cette fin même si elle est somme toute logique et en cela l'auteur m'a surprise.

J'ai également beaucoup aimé l'ambiance ainsi que les descriptions de New York et Paris ; on avait l'impression d'y être.

J'ai donc passé un très bon moment avec un auteur que je n'avais pas lu depuis longtemps.