assassin des ruines

« Notre société est dévastée, se dit l'inspecteur Stave. Nous, les flics, pouvons seulement déblayer les ruines. »
Hambourg, 1947. Une ville en ruines, occupée par les Britanniques et confrontée à l'hiver le plus froid du siècle. Les réfugiés et les sans-logis se retrouvent suite aux bombardements à aménager des trous de cave, à vivre dans la promiscuité des bunkers et des baraques. Les aliments sont rationnés, le marché noir est florissant. Lorsque le cadavre d'une jeune fille nue est retrouvé parmi les décombres sans aucun indice sur son identité, l'inspecteur Frank Stave ouvre une enquête. Dans cette période d'occupation, la population hambourgeoise ne doit en aucun cas apprendre qu'un tueur menace la paix. Les enjeux sont élevés et l'administration britannique insiste pour que l'inspecteur allemand soit accompagné par Lothar Maschke de la Brigade des moeurs et par le lieutenant McDonald pour élucider l'affaire. Mais d'autres morts sans identité sont vite découverts et Stave, hanté par les souvenirs de sa femme décédée pendant la guerre et de son fils porté disparu, doit surmonter ses propres souffrances pour traquer l'assassin qui rôde sur les sentiers des ruines...

Dans l'Allemagne de l'après guerre, des corps sont retrouvés dans les ruines de la ville de Hambourg. L'inspecteur Stave se voit confier l'enquête pas simple dans une ville en reconstruction et sous protectorat britannique. Il se voit adjoindre les services d'un autre policier allemand et un lieutenant britannique. Ce drole de trio va apprendre à se connaitre et essayer de dénouer une affaire qui s'avère fort complexe. Les morts s'accumulent et les indices sont rares, un tueur en série sévirait-il ?

J'ai beaucoup aimé les personnages de ce roman, l'inspecteur Stave est autant en reconstruction que la ville de Hambourg, sa femme est morte dans un incendie et son fils a disparu. Maschke cache beaucoup de secrets et Macdonald est plutot sympatique.

On y découvre l'Allemagne de l'après guerre, la dominante des alliés, la vie quotidienne des Allemands, ceux qui n'était pas nazis, ceux qui ont subi tout autant que les autres.

C'est une vision que l'on voit peu dans les romans et cela est raconté par un allemand ce qui donne une réalité historique encore plus forte.

L'auteur s'est inspirée d'une affaire réelle qui n'est toujours pas élucidée, l'assassin des ruines a vraiment existé et ça fait froid dans le dos.

C'est une très belle découverte pour ma part et j'ai hate de m'entretenir avec l'auteur qui sera au Havre les 16 et 17 juin au festival Polar à la plage.