douzième chapitre

Les souvenirs sont parfois meurtriers


Été 1986. David et Samuel ont 12 ans. Comme chaque année, ils séjournent au bord de l’océan, dans le centre de vacances appartenant à l’employeur de leurs parents. Ils font la connaissance de Julie, une fillette de leur âge, et les trois enfants deviennent inséparables.

Mais une ombre plane sur la station balnéaire et les adultes deviennent de plus en plus mystérieux et taciturnes. Puis alors que la semaine se termine, Julie disparaît.

30 ans plus tard, David est devenu écrivain, Samuel est son éditeur. Depuis le drame, ils n’ont jamais reparlé de Julie. Un jour, chacun reçoit une enveloppe. À l’intérieur, un manuscrit énigmatique relate les évènements de cet été tragique, apportant un tout nouvel éclairage sur l’affaire.

Après les chiens de Détroit, Jérome Loubry revient avec ce nouveau roman. Ici, l'action se passe en France. Plusieurs personnes reçoivent un mystérieux manuscrit qui relate des faits qui se sont passés 30 ans plus tot. David et Samuel refont face à des évènements de leur passé qu'ils croyaient enfouis à jamais.

Lors de leur dernier été dans le centre de vacances, ils ont fait la connaissance de Julie avec qui ils s'entendent aussitot Mais dès la fin des vacances, Julie disparait brutalement.

Si l'ambiance n'est pas aussi oppressante que dans son premier roman, Jérome Loubry a ici mis l'accent sur ses personnages. David et Samuel étaient des enfants qui profitaient à fond de leurs vacances, seule éclaircie dans leur quotidien pas toujours rose.

Même si j'ai deviné le fin mot de l'histoire, j'ai bien aimé la construction du roman et le fameux douzième chapitre si particulier dans le manuscrit.

Jérôme Loubry s'installe petit à petit dans la grande famille des auteurs de thrillers qui vous tiennent en haleine jusqu'au bout.