Erectus

Et soudain l’humanité se mit à régresser   À Richards Bay, en Afrique du Sud, c’est le choc. Un homme s’est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus.   Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population.   De quel virus s’agit-il ?  Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ?   Une scientifique française, Anna Meunier, se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l’humanité.   Partout, la question se pose, vertigineuse : les erectus sont-ils encore des hommes ?  Faut-il les considérer comme des ancêtres à protéger ou des bêtes sauvages à éliminer ?

Quand j'ai lu le quatrième de couverture, je me suis dite que ce roman serait passionnant. J'étais très loin du compte. Erectus est très riche à de nombreux points de vue.

Toutes les informations scientifiques et historiques sont passionnantes. Imaginez un virus qui fait régresser son hote de plusieurs millions d'années : les végétaux, les animaux et les humains tous peuvent l'attraper.

La crise sanitaire éclate et quand les humains sont touchés : la survie de l'espèce prend le dessus. Qui sommes-nous pour dire que nous avons la primauté sur telle et telle espèce ? Encore une fois la peur de ce que l'on ne connait pas est plus forte que la raison.

Le roman est également très riche de par les personnages : chacun vit un bouleversement que nul ne peut imaginer. Comment réagir quand  nos proches ne sont plus ce qu'ils étaient quelques jours encore auparavant.

Ce roman a tout pour plaire, on veut toujours poursuivre la lecture pour savoir ce qui se passe. Ce roman fait réfléchir : à trop vouloir faire avancer la science, ne joue-t-on pas aux apprentis sorcier ou à être Dieu ?

Erectus nous emmène à l'aube de l'humanité, là où tout est encore possible.

Si vous voulez aller plus loin, un site est dédié au livre.