magicien

Arrêter le magicien.
Voler le Livre.
Sauver le futur.
De nos jours à New York, les magiciens vivent terrés dans Manhattan, piégés par le Brink, une barrière d'énergie sombre inventée par l’Ordre. S’ils la traversent, ils perdent leur pouvoir, et souvent leur vie.
C’est compter sans Esta, une magicienne ultra-douée qui récupère des artéfacts de l’Ordre en voyageant dans le temps. En effet, la jeune fille a le don de circuler à travers les époques. Et l’heure de sa grande mission est venue : elle doit se rendre en 1902 et empêcher un Magicien de se jeter du haut du pont de Brooklyn avec le Livre ancien contenant les secrets de l’Ordre. Esta saura-t-elle trahir le passé et ceux qu’elle aime pour sauver l’avenir ?

Ce livre et surtout sa couverture m'avait fait de l'oeil à sa sortie mais ma PAL n'avait à l'époque pas voulu d'un pensionnaire supplémentaire. Mais en ramenant des livres à la bibliothèque, celui-ci était bien en évidence et j'ai craqué (bien que ma PAL soit toujours dans le même état).

Ce premier tome plante le décor : les magiciens ne peuvent plus exercer leur magie et ils sont contraints de rester dans New York carune barrière les empeche de la traverser. Pour sauver le monde, Esta une jeune voleuse douée de la faculté de voyager dans le temps doit récupérer à tout prix le fameux Ars Arcana, Le livre qui pourrait tous les sauver.

En arrivant en 1902, elle rencontre les protagonistes de l'époque et doit se rapprocher à tout prix du Magicien avant qu'il ne commette l'irréparable.

J'ai adoré ce gros roman (644 pages) qui se lit très facilement, les chapitres sont courts, le style est fluide et les péripéties de nos héros sont nombreuses.

Le personnage d'Esta est très intéressant car elle veut sauver tout le monde à la fois ses amis de son époque mais également tous ceux qu'elle rencontre dans le passé qu'elle a appris à connaitre et à aimer.

concernant l'action, le lecteur est plongé dedans dès les premières pages et les rebondissements sont présents du début à la fin.

Vous l'aurez compris "Le dernier magicien" est à lire non seulement pour son contenu mais aussi pôur sa couverture que je trouve sublime.