comme des rats morts

Ils fréquentent le même lycée et partagent les mêmes passions : la natation, le sexe, la drogue, les jeux vidéo… Quand ils ne sont pas à la piscine en train de s'entraîner, ils picolent, fument joint sur joint, jouent à GTA, matent des pornos et cherchent à se faire sucer par les filles. Le problème des ados, c'est que ça s'emmerde vite, et des ados qui s'emmerdent, c'est jamais très loin de faire une connerie. C'est ce qui s'est passé ce soir-là. Ils avaient coché toutes les cases : une voiture « empruntée », l'aiguille dans le rouge au compteur, les pupilles bien dilatées. Résultat : un mort. À partir de là, tout s'enchaîne. Portrait désespérant de justesse des ados d'aujourd'hui, Comme des rats morts est un roman noir sombre et brillantissime. Une sorte de Trainspotting à la piscine. Un choc.

Dès les premières lignes j'ai su que je n'allais pas adhérer à ce roman. Cette bande de jeunes ne fait rien pour qu'on les apprécie. Le roman est un enchainement de violences et de vulgarité, on ne peut pas ressentir d'empathie pour les personnages et la fin tombe un peu plat. Je me suis dit tout ça pour ça....

Très déçue de cette lecture mais on ne peut pas gagner à tous les coups.

Lu dans le cadre du Prix des Balais d'or 2019