Angles morts

En rentrant chez lui un soir de tempête de neige, George Clare trouve sa femme assassinée, et leur fille de trois ans seule dans sa chambre - depuis combien de temps?  Huit mois plus tôt, engagé à l'université de Chosen, il avait acheté pour une bouchée de pain une ancienne ferme laitière, et emménagé avec sa famille dans cette petite ville étriquée et appauvrie, en passe d'être repeuplée par de riches New-Yorkais. Ce qu'il a omis de dire à sa femme, c'est que les anciens propriétaires, acculés par les dettes, s y étaient suicidés, en laissant trois orphelins, Eddy, Wade et Cole. Dans les angles morts est aussi l'histoire des frères Hale, et celle de la maison de leur enfance. Pour le shérif Travis Lawton, George est le premier suspect. Mais les secrets sont tenaces dans cette enquête où la culpabilité règne en maître.

Voilà un roman comme je les affectionne. Le roman s'ouvre sur un drame, une femme est découverte assassinée, sa petite de trois ans avec elle dans la chambre.

Que s'est-il passé ? Elizabeth Brunsdage nous brosse le portrait des personnages et du contexte qui a amené au drame tout en laissant planer un doute quant à l'identité du coupable.

J'ai beaucoup aimé cette ambiance noire et oppressante de cette petite ville où tout le monde semble se conntaitre et pourtant lorsque les portes se referment sur l'intimité, on ignore tout de ce qui se passe réellement.

Les personnages sont très bien décrits et chacun apporte sa pierre à l'édifice de ce roman que les amoureux du genre noir ne pourront que dévorer.

Lu dans le cadre du Balai d'or 2019.