20

Gunther, jeune allemand opposé au régime nazi, excelle dans l'art du dessin.
Il se retrouve promu illustrateur officiel du camp de Ravensbrück, son œil d'artiste interprète la vie et surtout la mort.
L'histoire d'un homme qui a vu la construction et la libération du plus grand camp d'extermination de femmes du IIIème Reich, un homme qui a vécu des deux côtés des barbelés.

Gunther est un jeune Allemand qui va se retrouver enroler en tant qu'ouvrier sur un chantier et pas n'importe lequel : celui du camp de concentration de Ravensbrück. Au début personne ne savait ce qu'ils construisaient mais la réalité leur est très vite apparue dans toute sa cruauté. Gunther a un don particulier pour le dessin, ; vite remarqués par les hauts gradés du camp, il jouit du privilège d'observer et de dessiner ce qu'on lui demande. Il est ainsi par la force des choses le témoin de toutes les ignominies perpétrées.

Personne ne peut rester insensible en lisant ce livre, toutes les horreurs décrites, toutes les expériences menées ont bel et bien existé. On se prend la souffrance et le désespoir de tous ces gens dans la tronche, et pourquoi ? Parce qu'un type avait décidé que seule une race était digne d'exister et que le reste n'était que rebut. Parce que des gens ont laissé faire par peur de subir le même sort ou tout simplement pour leur permettre de satisfaire des penchants sadiques.

Mon coeur saigne de toute cette souffrance, de ces horreurs commises sur hommes, femmes et enfants mais surtout j'ai peur que cela recommence car comme le souligne Gunther, la bête est juste endormie.

Merci à l'auteur pour ce roman coup de poing et n'oubliez jamais "ils étaient vingt et cent".