ristretto

Votre café n'aura plus jamais le même goût

Trois meurtres sont commis en trois endroits du monde et sans mobile apparent. Un seul dénominateur commun : sur les lieux du crime, on retrouve une cerise d’un café arabica extrêmement rare, et sur laquelle est dessinée une esperluette rouge sang.
Il y a quelques mois encore, Clara était déontologue à la Premium, un groupe influent dans la finance internationale. Depuis sa démission, elle vit avec son fils, retirée à la campagne. Jusqu’au jour où elle-même est destinataire de la funeste cerise de café.
Entre plantations de caféiers et salles des marchés, la jeune femme devra lutter pour sa survie, en affrontant tout autant ses propres démons que les forces sombres qui la traquent sans relâche.

Le roman s'ouvre de manière assez violente et on est tout de suite plongé dans une ambiance pesante. Clara a démissionné de la très grande entreprise Premium où les traders font la pluie et le beau temps sur le cours du café. Mais le PDG l'appelle afin qu'elle enquete sur la cause de plusieurs meurtres ayant eu lieu au sein de cette entreprise. Peu encline à accepter, elle se dit que c'est peut être une thérapie pour qu'elle puisse se sentir mieux.

Bertrand Puard a construit une intrigue complexe autour de l'autre or noir qu'est le café. Il a basé une partie de son intrigue au Havre ce qui m'a grandement intéressée parce que c'est chez moi et que je me suis tout de suite approprié les lieux.

Une fois encore, on nous montre que le monde de la finance est un monde de requins où les plus malins et les plus retoirs arrivent toujours à s'en sortir et que l'appat du gain semble le plus fort.

Le personnage de Clara est infiniment intéressant car à sa place je ne sais pas si j'aurais accepté de retravailler pour une entreprise qui ne voulait que ma perte, ce qui démontre une force de caractère peu commune.

J'ai avalé ce roman très vite tant l'action est menée sans temps mort.

Ristretto se déguste donc bien chaud et très corsé.