sang

 

[Sång] : nom fém. En suédois, signifie « chanson ».

En Suède, une famille est massacrée dans sa luxueuse demeure. Ce terrible fait divers rappelle sur ses terres Aliénor Lindbergh, une jeune autiste Asperger récemment entrée comme analyste à Scotland Yard : ce sont ses parents qui ont été assassinés.
Avec son amie Alexis Castells, une écrivaine spécialisée dans les crimes en série, la profileuse Emily Roy rejoint sa protégée à Falkenberg, où l’équipe du commissaire Bergström mène l’enquête. Ensemble, elles remontent la piste du tueur jusqu’à la guerre civile espagnole, à la fin des années 1930, lorsque le dictateur Franco réduisit toute résistance au silence, dans le sang.

Après Block 46 et Mor, Johana Gustawsson revient avec un roman qui prend racine dans ses origines espagnoles. Alienor, la jeune Asperger récemment embauchée pour travailler au près d'Emily Roy reçoit une nouvelle boulevarsante, toute sa famille a été massacrée en Suède. L'équipe se rend sur place et collabore à l'enquete. Outre l'atrocité des meurtres, il faut un esprit cartésien pour s'approprier la scène de crime et qui mieux qu'Emily peut y arriver. L'enquete s'oriente rapidement sur la clinique de d'aide à la procréation dirigée par les parents d'Alienor, ils découvrent un lien avec l'Espagne.

L'auteur construit son intrigue en mêlant des chapitres sur le passé et sur le présent jusqu'à ce que la dernière pièce du puzzle se mette en place. La réalité historique des faits qui se sont déroulés sous la dictature de Franco rend le récit très profond. On sent que l'autrice a fait de nombreuses recherches. On parle peu encore de ce qui s'est passé en Espagne durant cette époque : on connait les opposants fusillés certes mais rien n'échappait au Caudillo ni les femmes ni les enfants les premières enfermées dans des prisons et les seconds envoyés dans des orphelinats. Tout ce qui s'est passé là bas ne peut laisser le lecteur insensible. Le roman est très personnel à l'auteur (elle nous en avait parlé lors de la remise des prix du Balai d'Or l'année passée) et cela se ressent dans ses personnages, ils sont meurtris dans leur chair, on peut dire qu'ils sont malmenés.

Sang est un roman très profond avec une enquête qui dénonce les atrocités commises dans le passé pour que personne n'oublie les victimes. Est-ce que le salut prend racine dans le Sang ? Lisez Johana Gustawsson et vous le saurez.