plaine du nord

De retour à New York, la célèbre profileuse Hanah Baxter espérait reprendre le cours d'une vie normale, ou presque... Mais on n'échappe pas à son destin, encore moins à son passé, et celui d'Hanah est peuplé de démons. Baxter fait l'objet d'un mandat d'arrêt international, accusée d'un meurtre commis vingt ans auparavant, celui de son mentor, Anton Vifkin. Rapatriée en Belgique, Hanah accepte de collaborer avec le commissaire Peeters, chargé de rouvrir l'enquête. La découverte d'un homme dévoré par des pit-bulls en pleine forêt de Seignes les lance sur la piste d'un manoir qui semble étrangement familier à Baxter. Elle est déjà venue ici, du temps de Vifkin. Tandis qu'Hanah et Peeters se débattent en plein mystère, quelqu'un les guette. Un tueur redoutable, à qui il reste une dernière balle passée à l'or fin, la balle qui aurait dû atteindre Hanah vingt ans plus tôt...

Habituellement je n'aime pas dire au revoir à un personnage que j'ai découvert, que j'ai suivi dans toutes ses aventures, que j'ai vu grandir. Quand j'ai commencé l'homme de la plaine du nord, j'ai tout de suite su que cette enquete allait clore une période de ma vie de lectrice.

A chaque roman, on en apprend plus sur le passé d'Hanah et dans celui-ci, on revient sur le meurtre jamais élucidé de son mentor dans la profession de profiler. Hanah va faire l'objet d'un mandat d'arret et va être conduite toute affaire cessante en Belgique, là où le drame s'est déroulé 20 ans plus tot. Elle va devoir collaborer avec Peeters qui mène l'enquete depuis le début.

On voit une Hanah qui se pose beaucoup de questions sur sa vie, sur ce qu'elle veut faire et ne plus faire. Cette enquete va la ramener la où tout a commencé sans se rendre réellement compte qu'elle est dans la ligne de mire d'un tueur.

J'ai dévoré ce roman à une vitesse folle, le style de Sonja Delzongle est fluide et incisif, on sent son attachant profond à ce personnage qu'elle a créé, dans lequel elle a mis un peu d'elle (en tout cas c'est comme ça que je l'ai ressenti depuis le début). Hanah Baxter a donné au personnage de profiler féminin ses lettres de noblesse.

En revenant sur son passé et en faisant la paix avec elle même, elle a enfin pu boucler la boucle et terminer un cycle.

Sonja Delzongle a eu la délicatesse de donner un épilogue au personnage d'Hanah Baxter pour qu'il reste dans nos mémoires et ne pas faire l'enquete de trop qui lasse.

Merci pour ces moments de lecture incomparable et Hanah peut être à bientot ici ou la.