délicatesse

Octobre 1966. William Lavery, dix-neuf ans, vient de recevoir son diplôme. Il va rejoindre, comme son père et son grand-père avant lui, l'entreprise de pompes funèbres familiale. Mais alors que la soirée de remise des diplômes bat son plein, un télégramme annonce une terrible nouvelle : un glissement de terrain dans la petite ville minière d'Aberfan a enseveli une école. William se porte immédiatement volontaire pour prêter main-forte aux autres embaumeurs.
Sa vie sera irrémédiablement bouleversée par cette tragédie qui jette une lumière aveuglante sur les secrets enfouis de son passé. Pourquoi William a-t-il arrêté de chanter, lui qui est doué d'une voix exceptionnelle ? Pourquoi ne parle-t-il plus à sa mère, ni à son meilleur ami ? Le jeune homme, à l'aube de sa vie d'adulte, apprendra que la compassion peut avoir des conséquences surprenantes et que porter secours aux autres est peut-être une autre manière de guérir soi-même.

Le roman s'ouvre sur une tragédie qui a secoué l'Angleterre dans les années 60 : un éboulement de terrain dû aux intempéries a enseveli un village et notamment son école faisant une centaine d'enfants. William, tout juste émolu de l'école des Embaumeurs se porte volontaire pour préparer les corps des victimes. Cette expérience va le bouleverser et faire ressortir des souvenirs qu'il pensait bien enfouis.

On apprend donc que William avait un don pour le Chant mais qu'un évènement a tout bouleverser. 

C'est un roman sur le deuil et sur la façon dont tout à chacun a sa manière de le gérer. Jo Browning Wroe nous dépeint les moeurs et la vie dans les années 60 en Angleterre, sur le regard des gens pour ceux qui sont différents, sur les non dits et les secrets de famille qui détruisent tout sur leur passage.

J'ai beaucoup aimé ce roman plein de sensibilité mais il y a aussi des scènes très dures à lire notamment dans la première partie relative à Aberfan. William est un garçon qui a beaucoup d'amour en lui mais la peur de souffrir et faire souffrir l'empeche d'avancer complètement.

On apprend également beaucoup de choses sur le métier d'embaumeurs qui tout à fait intéressant. Et la musique a une place particulière notamment le Miserere d'Allegri mais je n'en dirais pas plus.

C'est un très beau roman même si ce ne sera pas un coup de coeur car il y a certaines longueurs et des sauts dans le temps qui auraient peut être mérité plus d'explications. 

C'est une belle découverte et je remercie les Editions Les Escales de m'avoir permis de le découvrir.