oubliés

Justine, 21 ans, est aide-soignante dans une maison de retraite où elle se sent bien. Elle vit avec un grand-père taciturne et solitaire, une grand-mère peu affectueuse, et son cousin Jules qu’elle considère comme son frère. Marquée par l’accident qui a coûté la vie à ses parents et ceux de Jules, Justine se jette à corps perdu dans le travail… et les histoires des autres, car sa propre histoire lui échappe. Murés dans le silence, ses grands-parents refusent d’évoquer le passé. Alors elle se tourne vers ceux qui se souviennent. Ces « petits vieux » dont elle aime par-dessus tout écouter les souvenirs. Et tout particulièrement ceux d’Hélène, sa résidente préférée, retranchée sur une plage imaginaire de laquelle elle dévoile, par morceaux, l’histoire de sa vie et d’un amour qui a survécu au malheur et à la trahison. Justine passe des heures à l’écouter et consigne son récit dans un cahier bleu. Grâce à Hélène, elle va pouvoir affronter les secrets de sa propre histoire.

Justine a perdu ses parents très jeune et a été élevée par ses grands parents avec son cousin Jules : leurs parents sont morts dans le même accident. Pépé et Mémé ne montrant pas leur affection pour autant Justine et Jules n'ont manqué de rien. 

Justine est aide soignante dans une maison de retraite et se prend d'affection pour une des résidentes : Hélène qui lui raconte son histoire. 

Au début du récit, il a fallu que je m'accroche car il y a beaucoup de personnages et surtout resituer à quelle période ils appartenaient. Une fois que j'ai compris qui appartenaient à l'histoire de Justine et ceux qui appartenaient à l'histoire d'Hélène, tout a été beaucoup plus simple. Les histoires de ces deux femmes sont très belles, empreintes de poésie et d'amour incommensurable, d'amour inattendu, d'amour qui surmonte tout.

Au fur et à mesure de l'histoire, on apprend de terribles secrets et trahisons. Je me suis énormément attachée à Hélène, cette femme a été marquée par l'Histoire avec un grand H et par la vie mais elle s'est accrochée à l'amour de sa vie. 

Le seul petit bémol que j'aurais à mentionner c'est la surenchère de grossièretés : je ne suis pas prude, on en dit tous dans la vie de tous les jours et en croiser dans les romans ne me dérangent pas mais là j'ai trouvé qu'à certains passages et dans la bouche de certains personnages c'était lourd.

C'est le deuxième roman de Valérie Perrin que j'écoute et j'aime beaucoup sa façon de raconter les histoires de gens simples.