brunet

Je suis dans cette chapelle, avec ma femme et mes deux enfants, je regarde le prêtre faire son sermon, mais aucun son ne me parvient. Je m'appelle Josey Kowalsky et en me regardant observer les cercueils de ma femme et de ma fille, mon père comprend. Il comprend que là, au milieu de cette chapelle, son fils est mort. Il vient d'assister, impuissant, à la naissance d'un prédateur.

Autant vous prévenir tout de suite dès que vous commencerez à lire ce roman vous serez entrainés dans une spirale infernale.

Les toutes premières lignes donnent le ton et le rythme est soutenu jusqu'aux dernières lignes.

Josey Kowalsky a tout pour être heureux : un travail, une femme et deux enfants. Un soir, elles sont enlevées et leurs corps sont retrouvés quelques jours plus tard.

Abruti de douleur, Josey décide de mener sa propre chasse pour faire payer les bourreaux de sa famille. Il est mort le même jour qu'elles, plus rien n'a d'importance.

Il va mener son enquête et, malgré le peu de moyens qu'il a à sa disposition, il va les retrouver un par un.

Face à l'horreur qu'il vit, on ne peut qu'éprouver de l'empathie pour cet homme. N'agirait-on pas de la même façon à sa place ?

Même si on se doute de l'issue d'une telle chasse à l'homme, on espère qu'il en sera autrement. Le suspense est maintenu jusqu'aux dernières lignes.

Sans raison est un excellent premier roman, bien maitrisés avec des personnages bien fouillés psychologiquement.

J'espère que Mehdy Brunet ne s'arrêtera pas en si bon chemin.