Pauline (1838) est un des premiers romans de Dumas, où Monte-Cristo se trouve en germe. C'est un livre qu'il a écrit seul, et qui se déroule de son temps.

La fiction brode sur les thèmes du roman gothique, en "noir", nuit, cottage en ruine, sentes perdues, passages secrets, brigands impitoyables, héroïne enterrée vivante, substitution de cadavres.

Pauline fait face à un bourreau mystérieux, "homme fatal. C'est le roman d'une jeunesse déboussolée qui tente de se faire une place dans une société mesquine.

Il y avait longtemps que je n'avais pas lu de roman de Dumas.
Ce n'est pas le meilleur loin s'en faut. L'héroïne épouse un homme qui n'est pas celui qu'elle croit. Quand elle le découvre, il l'enterre vivante. Elle est délivrée par un homme qui l'aime vraiment mais à qui elle ne peut donner son coeur.
J'ai retrouvé le charme suranné des évanouissements à chaque émotion forte.

Heureusement qu'au XXIè siècle, les femmes ne s'évanouissent plus pour un oui ou pour un non parce que sinon bonjour les dégâts !!

Pauline brave l'interdiction de son époux de le rejoindre dans son chateau. Je suis certaine qu'elle savait au fond d'elle même que son mari n'était pas celui qu'elle croyait mais se refusait malgré tout à affronter la terrible vérité.

Finalement, Pauline est une femme d'aujourd'hui. Elle voulait aller jusqu'au bout de ses idées et elle en a payé le prix fort.

Bref un roman de Dumas pour se mettre en jambe avant un grand classique du Monsieur.