villard

Papa Rousse et ses enfants, Alex et Guigui, vivent dans une ferme isolée de l'Aveyron. Père et fils refusent de travailler et braquent des banques provinciales. Au cours d'un braquage à Messonges, Papa Rousse est blessé à mort et confie à Alex, avant de mourir, qu'il n'est pas son vrai père. Le père biologique d'Alex n'est autre que Sly Baker, chanteur de rock d'origine américaine, qui eut son heure de gloire dans les années soixante. Alex décide de retrouver ce père mythique qui tombe du ciel. Il monte dans la région parisienne et constate que Sly est interné dans une clinique psychiatrique de banlieue. Il fait évader son géniteur et les deux hommes entament une cavalcade rock n'roll qui se terminera fort mal pour Sly.De retour à la ferme, Alex comprend qu’il est soupçonné dans l’affaire du braquage de la banque, qui a fait d'autres victimes. Le jeune homme enfourche alors son scooter et, Guigui derrière lui, se lance sur les routes sinueuses de l'Aveyron...Voici la réédition de ce roman de Marc Villard, paru à la Série Noire en 1987. Errance, rock’n’roll et filiation sont les thèmes de cette histoire en forme de conte cruel, portée par l’écriture inimitable de Villard.

Ce livre, je ne l'aurais jamais lu, si on ne m'en avait pas dit du bien. Alors j'ai tenté l'aventure et bien m'en a pris.

Papa Rousse a une méthode éducative peu commune : il élève ses deux enfants en braquant des banques. Alex fraichement majeur fait partie des coups.

Sauf qu'un jour ça se passe mal et Papa Rousse passe l'arme à gauche en révélant un secret à Alex : il n'est pas son père. Son vrai papa, c'est Sly Baker, un rocker pur jus.

Alex, un peu chamboulé par cette révélation, va se mettre en quête de ce père tombé du ciel.

Il est difficile de parler de ce roman sans spoiler. Par conséquent, je dirais que ce livre sera apprécié par les amateurs d'humour noir car certaines scènes m'ont bien fait marrer surtout l'émeute dans l'hopital psychiatrique.

Je vous invite donc à lire ce livre en écoutant un standard de John Lee Hooker, oh yeaaaaaaaah.