huitième couleur

Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde se balade à dos de quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapace de la Grande Tortue...Oui, c'est le Disque-monde... Les habitants de la cité d'Ankh-Morpork croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, bonhomme chétif, fidèlement escorté par un Bagage de bois magique déambulant sur une myriade de petites jambes. Tellement inoffensif que le Patricien avait chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la Guilde des Voleurs et celle des Assassins ; mission périlleuse et qui devait les conduire loin : dans une caverne de dragons ; peut-être jusqu'au Rebord du Disque. Car Deuxfleurs était d'une espèce plus redoutable qu'on ne l'imaginait : c'était un touriste...

J'avais lu ce premier tome il y a fort longtemps au gré d'un emprunt bibliothèque et je n'ai jamais poursuivi. J'ai donc décidé de reprendre la lecture de cette saga et j'ai relu donc ce premier tome. J'ai adoré me replonger dans ce monde : le disque monde est juché sur le dos de quatre éléphants eux memes perchés sur le dos d'une tortue géante. 

On fait la connaissance de Rincevent, un mage un peu raté qui va accompagner un touriste, Deuxfleurs, dans son périple. Ils sont accompagnés par un bagage peu commun : autonome avec ses petites jambes mais ne laissez pas trainer vos mains car il a le couvercle hargneux.

Ils vont vivre moultes aventures et croiser la Mort, être mal aimé s'il en est mais qui fait juste son travail. On va croiser des barbares, des voleurs, des assassins, des dragons et découvrir le disque monde au gré des aventures de nos compagnons.

J'ai beaucoup aimé le ton de ce premier tome qui n'est, a priori, pas le meilleur de la saga. Vivement que je commence le tome 2, j'ai hate de retrouver Rincevent et Deuxfleurs dans d'autres aventures.