Burn out

Paris. Avril 2014.

Une série de vols d'objets d'art a lieu dans les cimetières parisiens. La police est sur le coup mais, lors d'une nuit de planque, un policier se fait assassiner. Pas de témoins. Peu d'indices. Ses collègues présents sur place n'ont rien vu.

Boris Le Guenn, chef de groupe de la B.A.C. au 36 quai des Orfèvres, est saisi de l'affaire. Malgré son manque d'effectifs et plusieurs enquêtes à gérer, il devra en plus faire face à la descente aux enfers d’un de ses hommes…

Le temps passe. Les vols se multiplient, les crimes aussi et les pistes sont dérisoires. Boris Le Guenn et son équipe doivent mener à bien ces affaires, non sans danger pour eux, tant sur le plan professionnel que personnel.

C’est un monde désenchanté, un monde dans lequel l'histoire ne se termine ni bien ni mal, elle se termine c'est tout. Certains flics boivent pour oublier, d'autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible.

Burnout, nuits de planques et de filoches. Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons et leur paquetage s'alourdit de quelques cauchemars…

Le burn out est un phénomène maintenant très courant, on l'appelle également le syndrome de l'épuisement professionnel. Celui-ci peut toucher n'importe qui. Evidemment certaines professionns sont oplus à risques que d'autres et parmi elles, les officiers de police : sous effectifs, des enqueêtes toujours plus nombreuses et complexes, le manque de moyens font que beaucoup de policiers jètent l'éponge parfois jusqu'au geste fatal.

Didier Fossey a longtemps trainé sa bosse dans les commisariats et nousparle ici d'un domaine qu'il connait bien. Il met en scène le groupe du commandant LeGuenn. Une npouvelle affaire leur tombe dessus car un officier de police a été tué lors d'une planque. Déjà en sous effectif, ils vont prendre le problème à bras le corps sans compter la probable descente aux enfers d'un de ses hommes.

Didier fossey a décrit avec un réalisme troublant les difficultés auxquelles doivent faire face les policiers d'aujourd'hui, ceux qui sont investis dans leur travail, ceux qui y croient encore mais à quel prix. bien souvent c'est la vie privée qui patit de cet investissement.

J'ai eu beaucoup de plaisir à suivre tous ces personnages tellement humains qui se débattent quotidiennement aves les différentes pressions qu'ils subissent.

Le suspense monte crescendo et le final est à la hauteur de l'ambiance du roman.

J'ai découvert cet auteur et je compte bien lire ses autres romans.