jules

« À trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c’est une catastrophe. Et en plus on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu’une obsession – la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur. »

Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l’énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d’aveugle.

Alice et Jules forment un duo inséparable depuis de nombreuses années. Jules est plus qu'un chien guide d'aveugle, c'est un partenaire un ami, un prolongement d'elle même. Le jour où Alice recouvre la vue, l'équilibre est rompu et Jules ne comprend pas pourquoi Alice l'abandonne pour qu'il puisse devenir le nouveau guide de quelqu'un. Jules décide alors de retrouver la dernière personne qui a connu Alice aveugle et qui l'a sauvé d'une situation pénible, le vendeur de macarons de l'aéroport.

Didier Van Cauwelaert fait de Jules un personnage à part entière avec des sentiments et des émotions. Je l'ai trouvé par moments beaucoup plus humains que les personnages bipédes eux mêmes. Pour beaucoup, les chiens guides d'aveugle sont des chiens comme les autres avec un harnais spécial. Ils sont entrainés dès leur plus jeune âge, reçoivent un diplome. Ils ont une mission et leur rendre leur liberté n'est pas forcément ce qu'il y a de mieux pour eux.

On peut dire que Jules a beaucoup de suite dans les idées. J'ai trouvé les autres personnages un peu froids, peut être parce que le chien est terriblement attachant.

Les chiens ont tellement à nous apprendre que je ne comprendrais jamais pourquoi ils sont maltraités ou abandonnés sur les routes.

La suite des aventures de ce chien si particulier est sortie en librairie tout récemment et je viendrais vous en parler bientot.