premiere empreinte

Le commandant De Palma, alias le Baron, se trouve au cœur d’une enquête sans précédent dans les annales de la police marseillaise : une professeur de préhistoire retrouvée noyée dans une calanque, un tueur barbare qui signe ses meurtres d’une main en négatif, une étoile filante du milieu marseillais retrouvée, elle aussi, flottant entre deux eaux dans la même calanque… Le lien entre tout ça ? Il se trouve dans une caverne préhistorique dont l’entrée se fait par 38 mètres de fond, dans le ventre des grandes falaises blanches qui baignent la Méditerranée. Au début des années 1990, un plongeur téméraire y a découvert des bisons, des chevaux et des mains en négatif, les premières empreintes, et un « homme tué », la plus ancienne représentation de meurtre dans l’histoire de l’humanité.

On fait la connaissance du commandant de Palma qui va enqueter sur des meurtres pour le moins troublants. une professeur de préhistoire retrouvée assassinée, des meurtres rituels barbares, le commandant et son équipe ne tardent pas à faire le lien entre les deux affaires mais peinent à trouver des indices.

Xavier Marie Bonnot nous entraine à Marseille où son personnage y nage comme un poisson dans l'eau, c'est un flic à l'ancienne, qui connait beaucoup de monde. Ses équipiers un peu plus jeunes ne fonctionnent pas de la même manière ce qui occasionne des tensions.

L'auteur emploie beaucoup d'argot marseillais ce qui nous plonge dans l'ambiance mais leur utilisation très fréquente m'a un peu gênée car j'ai trouvé que cela alourdissait un peu la compréhension du texte. L'enquete a du mal à démarrer mais vu le nombre d'informations données, cela peut s'expliquer.

Le récit est très riche et bien documenté et comme il s'agit de la première enquete du commandant de Palma, on a envie de le retrouver dans d'autres enquêtes.

Une belle découverte pour moi.