fleuve

Subir. Survivre.

Depuis la fin de la guerre du Vietnam, Israel Broussard survit tant bien que mal à Bangkok. Cinq ans plus tôt, il a participé à la mystérieuse opération Algernon, au cœur de la jungle laotienne. Ce qui s'est passé là-bas ? Il ne s'en souvient plus, il ne veut plus s'en souvenir.
Et pourtant, l'heure est venue de s'expliquer...

L'intensité et la crudité dérangeante de sa prose font de Je suis le fleuve une expérience de lecture à nulle autre pareille. Ce voyage halluciné et sans retour à travers les méandres d'une psyché dévastée évoque irrésistiblement Apocalypse Now.

Le soldat Broussard a vécu la guerre du Vietnam. A la fin de la guerre, il se terre à Bangkok survivant aux côtés de ses fantomes. La mémoire lui fait défaut, il ne se souvient plus de sa dernière opération dans la jungle laotienne.

L'auteur alterne entre ce qui s'est passé et le présent dans lequel se débat Broussard et il montre combien les hommes qui ont vécu cette guerre ne sont pas totalement repartis du Vietnam, ils y ont laissé pour certains un membre et pour d'autres leur âme.

LA guerre du Vietnam a été un traumatisme sans précédent aux Etats-Unis : pourquoi envoyer la fine fleur de la jeunesse américaine se faire massacrer ?

Aujourd'hui encore, les blessures ne se sont pas refermées.

Je suis le Fleuve est un roman poignant sur le combat physique et psychique de tous ces hommes à survivre avec leurs souvenirs.

Je me suis laissée porter par le Fleuve et je ne saurais trop vous conseiller de vous laisser emporter également.