encens

Nouvelle Orléans, 1919. Alors que le tueur à la hache sème la terreur dans les rues et nargue les enquêteurs, le corps mutilé d’une jeune femme est découvert en ville. Que signifient ces notes de musique et ces marques de brûlures retrouvées sur sa peau et ces étranges plumes métalliques plantées dans son dos ?
Pour les inspecteurs Perkins et Bowie, une nouvelle enquête s’ouvre. Se pourrait-il qu’un deuxième meurtrier soit à l’œuvre ? Que faire quand deux tueurs en série rivalisent de cruauté et que la ville devient leur terrain de jeu ? Plongez au cœur des Bayous où le jazz est roi et prenez de la hauteur à bord du Mécanic Hall, un aérocabaret où les dancing-automates sont devenus des déesses de la fête. Découvrez le passé trouble de Grace, une intrépide cartomancienne et de sa chouette mécanique et sautez de toits en toits aux côtés des désembobineurs qui collectent l’électricité pour la New Orleans General Electric Company.

Grace est une jeune femme qui gagne sa vie à tirer les cartes dans un carbaret mécanique, elle vit avec une chouette mécanique et est la fille de l'inspecteur Perkins. Celui-ci enquete sur le tueur à la hache, une tueur sanguinaire qui sévit la nuit à la Nouvelle Orléans. Bientot, un deuxième tueur tout aussi dangereux fait son apparition, le tueur à la plume. Les deux bourreaux vont se livrer une lutte sanglante sous les yeux impuissants de la police.

Johanna Marines nous a construit une intrigue à la mécanique bien huilée. de l'action, des rebondissements, des tueurs machiavéliques, de nombreux messages passent également sur la tolérance et des génocides orchestrés par peur de l'autre. J'ai aimé les personnages qui sont loin d'être lisses, les traumatismes de l'enfance qui laissent de nombreuses traces et façonnnent les adultes d'aujourd'hui. 

J'ai aimé également les animaux mécaniques plus vrais que natures et qui sont de véritables compagnons pour les personnages.

Une formidable découverte que ce roman que je n'aurais probablement pas lu sans le #PLIB2022.