meurtre d'O Doul bridge

San Francisco, sa baie, son océan, sa population cosmopolite. C'est dans cette ville de l'Ouest américain que Michael Ballanger a décidé de se reconstruire. Loin de sa famille en lambeaux, loin de la France où un tueur en série mit sa vie en miettes. Le coach de vie à succès renaît avec la difficulté qui suit la perte d'un être cher. Mais le voilà mêlé au meurtre d'un notable. Au moment de mourir, l'homme a composé un numéro, le sien. Alors la tourmente l'emporte. Réveillant les douleurs du passé.

Après Yzé et le Palimpseste et le Visage de Satan, Florent Marotta revient avec un nouveau personnage. Attention ce n'est pas un flic, non il s'agit d'un coach de vie. Là vous allez me dire, qu'est-ce qu'un coach de vie peut  bien fabriquer dans un thriller.

Si Michael Ballanger est venu s'installer à San Fransisco alors qu'il est français 100 % pur jus, c'est parce qu'il traine un sérieux passif en France avec un tueur en série. Il a perdu sa famille et bien encore.

C'est bien mal connaitre le destin qui s'amuse à narguer Michael. Il se trouve (une fois de plus) confronté à la police. Un de ses clients s'est fait assassiné et le dernier numéro composé est le sien. Michael qui aspire maintenant à une vie tranquille va pourtant se prendre au jeu de l'enquête et une fois de plus se mettre en situation périlleuse.

Le personnage de Michael m'a tout de suite plu. Ce n'est pas un ange, loin s'en faut mais il paie encore à l'heure actuelle les erreurs commises dans le passé. Il éprouve énormément de culpabilité, ne veut pas retomber dans ses travers et pourtant un feu brule en lui qui le pousse à aller inévitablement au devant des ennuis.

Ô joie, les dernières lignes laissent à penser que l'on retrouvera le héros dans une autre enquete et j'ai hate de savoir comment il va s'en sortir.

A noter également une plongée dans la ville de San Fransisco qui est un appel au voyage et au dépaysement.

Les éditions Taurnada sont décidément un puits de trésors !